Régime bancaire ouvert de l'Australie: disponibilité de données génériques sur les produits …

Règles écrites sur la façon d'accéder aux données dans le cadre du droit des données des consommateurs
Le projet de règles stipule que les détenteurs de données doivent soumettre un service spécialisé pour accepter les demandes et gérer les données si elles sont approuvées.

La première version de la loi australienne sur les données des consommateurs (CDR) est en vigueur depuis le 1er juillet 2019. Mais avec les présentations récemment clôturées pour les normes et standards actuels, et la législation bloquée au Parlement, le mandat n'est que s'appliquera pour le moment aux données des propres produits des banques.

La Commission australienne de la concurrence et de la consommation (ACCC) était chargée de la mise en œuvre du CDR, qui a été promu comme permettant aux personnes de "posséder" leurs données en leur accordant un accès ouvert à leurs transactions bancaires, énergétiques, téléphoniques et Internet, ainsi que le droit de contrôler qui peut l'avoir et qui peut l'utiliser.

Le premier secteur auquel s'appliquera le CdR est le secteur financier, via un régime bancaire ouvert.

Les banques se préparent pour le mandat imminent, le PDG de Westpac, Brian Hartzer, par exemple, prévoyant que les dommages financiers initiaux dus à l'ouverture des banques seront d'environ 200 millions de dollars australiens pour son organisation. La National Australia Bank (NAB), pour sa part, a déclaré à ZDNet en décembre qu'elle était assez bien placée pour gérer les opérations bancaires ouvertes avec la stratégie de données internes et la première stratégie cloud actuellement en cours de mise en œuvre.

Initialement, il a été demandé aux quatre grandes banques de mettre les données à la disposition du consommateur avant le 1er juillet, mais ce délai a maintenant été prolongé jusqu'au 1er février 2020.

À partir d'aujourd'hui, les quatre banques devraient avoir accès aux données génériques des produits pour les cartes de crédit et de débit, les comptes de dépôt et les comptes de transaction disponibles via une interface de programmation d'application (API).

Cela permettra de comparer facilement les données sur les produits de ANZ, Commonwealth Bank, NAB et Westpac.

"Le programme pilote jettera les bases pour tester les performances, la fiabilité et la sécurité du système avant que les données personnelles du consommateur ne soient partagées. Il fournira également aux développeurs de logiciels et aux fintechs un réseau de données d'institutions financières pour construire et améliorer les services financiers ", a déclaré Westpac. a déclaré le chef des données et de la stratégie, Jamie Twiss.

Voir aussi: les quatre grandes banques passent le contrôle de la régulation des données ouvertes

En novembre 2017, après une poignée d'enquêtes de la commission sénatoriale de l'économie des quatre principales banques d'Australie, le CDR a été officiellement annoncé.

Avançons rapidement jusqu'au 29 mars 2019 et l'ACCC a publié un projet de règles qui guiderait la mise en œuvre du CdR. Quelques mois plus tôt seulement, l'ACCC ne savait pas comment les banques pouvaient fournir leurs données aux consommateurs, mais a pris un marqueur rouge sur le calendrier pour dire qu'ANZ, CBA, NAB et Westpac avaient besoin que les données des consommateurs soient disponibles sur cartes de crédit et de débit, dépôts et comptes de transaction, au minimum, au début de l'exercice 2020.

Les règles ont également déclaré que toutes les institutions bancaires restantes seraient prêtes à mettre en œuvre les tranches bancaires ouvertes environ 12 mois après les principales banques.

Tout en travaillant sur ce que serait l'ouverture bancaire, l'ACCC a décidé d'annoncer en février que les données énergétiques rejoindraient le mandat du CDR au début de 2020.

Le projet de règles s'est formé autour de celui de la banque et n'a pas été reçu avec enthousiasme.

L'Australian Privacy Foundation (APF) a déclaré en mars que les garanties de confidentialité du CDR n'étaient pas suffisantes et que le gouvernement avait "sérieusement" sous-estimé la nécessité de réfléchir davantage à l'ensemble du changement législatif.

Pendant ce temps, l'Alliance des communications craint que la législation ne soit pas trop applicable aux industries autres que les banques et que le processus accéléré aboutisse à un cadre décousu qui n'est pas bien pensé.

Malgré les inquiétudes suscitées par l'adéquation des garanties de confidentialité du CdR, la nature précipitée de la loi modifiant la loi sur le Trésor (loi sur les données des consommateurs) 2019 [Provisions], l'approche bancaire claire que le projet de loi aura et si les résultats du CdR serviront les organisations plutôt que les consommateurs, le Comité sénatorial de la législation économique a recommandé le 21 mars son approbation.

"Au minimum, cela améliorera les dispositions actuelles; et il a le potentiel de protéger et d'autonomiser les consommateurs et de stimuler la concurrence et l'innovation", écrivait alors le comité. "Le comité salue le soutien du projet de loi par les entreprises innovantes de haute technologie avec une satisfaction particulière."

En justifiant son raisonnement pour permettre l'approbation de la seule recommandation du projet de loi, le comité a déclaré que des dispositions telles que la facilité de rédaction des règles en vertu du projet de loi offriraient la possibilité de régler les problèmes à mesure qu'ils se présentent.

L'ACCC, huit jours plus tard, a publié le projet de règlement.

Le projet de loi a été présenté et lu pour la première fois au Parlement le 13 février, et une deuxième lecture a été proposée le même jour. Le projet de loi a expiré le 11 avril.

S'exprimant lors d'un événement Open Banking de Criterion Conferences à Sydney également en mars, Bruce Cooper, directeur général de la Direction des droits des consommateurs de l'ACCC, a déclaré qu'en dépit d'une élection imminente, l'ACCC allait de l'avant avec les livrables prévus du CDR. , en attendant que le CdR – au moins d'une certaine manière – procède sous n'importe quelle partie assumée par le gouvernement.

"Bien qu'il y ait une certaine certitude à l'heure actuelle, nous insistons essentiellement sur les données de référence du produit, qui, selon le calendrier, doivent être ouvertes d'ici le 1er juillet, pour établir un type de pilote que les participants qui doivent participer au CDR peuvent tester leurs systèmes par rapport aux règles et également à une accréditation ouverte, nous avons donc fondamentalement un écosystème vital lorsque nous commençons ", a-t-il expliqué.

"Nous le faisons alors que cette incertitude existe parce que nous pensons que le travail ne sera pas gaspillé … nous nous attendons à ce que le CDR se déroule d'une manière ou d'une autre, tout à fait similaire à ce qu'il est en ce moment, donc nous continuons à travailler de la bonne façon."

Début juin, l'ACCC a ouvert une consultation sur la conception technique du registre CDR à l'aide de GitHub, une communauté de développeurs en ligne.

La première série de consultations était pour l'API CDR-Register, qui permet aux participants de récupérer les détails des propriétaires et des destinataires des données.

L'ACCC avait déclaré qu'à la fin du mois de juin, elle espérait consulter d'autres aspects de la conception du registre CDR, notamment: les principes de conception technique et commerciale; profil de sécurité et gestion des certificats; et la mise en cache et la mise à jour des métadonnées d'enregistrement.

L'ACCC n'a pas renvoyé de demande de commentaires, mais malgré le fait que les fournisseurs de sécurité n'ont pas la possibilité de commenter la confidentialité et la sécurité des données des clients, les données des clients ne sont pas partagées tant qu'il n'y a pas d'adresse législative .

LIRE AUSSI

Comparatif des taux pour le rachat de crédit pour les années 2019-2020

 Simulation de regroupement de crédits
Durée du remboursementTaux fixesRemboursement mensuel en euros
7 ans / 84 mois0,16%119 €
10 ans / 120 mois0,51%85 €
12 ans / 144 mois0,61%72 €
15 ans / 180 mois0,77%58 €
20 ans / 240 mois0,96%46€
25 ans / 300 mois1,3%39 €
Tableau de comparaison pour le regroupement de crédits consommation et immobilier.